• gauloise

    à quoi je vois que a y est, le printemps est de retour ? certainement pas à la couleur du ciel, un assez riche camaïeu de gris aujourd'hui.

    mais c'est la mi-avril parce que

    je me suis remise au sport, comme tous les ans à la même époque. j'ai la prise de conscience saisonnière. la persévérance, aussi, malheureusement. généralement je suis à bloc jusqu'en juillet, puis la saison des festivals commence et tout ça se décompose et disparaît lamentablement dans la ronde des soirées barbecue, des allez quoi, encore une petite bière ava, dans les magnum classic et puis ces maudits retours chez ma mère. il faudrait donc, pour tenir dans la dignité du muscle, arrêter le rock, les amis et ma mum. mhhoui mais non, tiens. à quoi bon être mince et musclée mais seule comme un ragondin crevé? ah, tu vois bien. nous voici à nouveau devant le même mur des lamentations. bon, là, je suis encore au taquet. je pédale, je sautille, je grimpe quatre à quatre, ma fille est morte de lol tous les matins devant ce spectacle improbable: ta mère en sportive. c'te blaaague. la tendresse du petit enfant pour sa mère, tu sais. 

    et puis sinon, petit à petit, il pousse des couleurs devant mes fenêtres et dans mon dressing. le noir, le gris, le bleu marine et les feuilles mortes battent en retraite. c'est la lumière, je sais pas. l'idée d'un renouveau, l'idée de redonder avec l'humeur générale de marseille où, dès que le soleil se pointe, autochtones et pièces rapportées se souviennent pourquoi ils vivent ici, dans cette ville façon commedia dell' arte permanente, cette ville qui te ruine et te raye tes portières, cette ville jamais foutue de faire là où on lui dit de faire, cette ville cap' de toujours tout rater et de se rengorger quand même. comme si les gens disaient mais le soleil, c'est à nous ! mais on a peut-être que ça, mais ça au moins, on l'a ! comme si les gens disaient eh, DTC paris, va fan culo roubaix et brest. marseille, quoi. c'est pas parce que les gens ont des (fausses) rolex (tombées du camion) qu'ils ne savent pas aussi savourer le bonheur frugal quand il se présente. un petit vin blanc, une poignée d'olives, la lumière du vieux port en fin d'aprem, des yeux noirs et, euh, oui, des jantes larges et une super sono de bagnole, que demander de plus. rien, jacky, rien, vraiment. j'ai beau chercher.

    l'autre fois en suède, ce bleu-là, je l'ai scanné à peine la porte passée. on dit quoi? on dit lavande? on dit gauloise? on dit dans mes bras, toi. y a même les petites ailes d'épaules comme sur le casque des clopes que fumait il y a mille ans mon papa, je trouvais le paquet joli et pis là aussi. "mais c'est pas un peu romantique, ça, comme habit, dis donc ava!?" t'exclames-tu interloqué parce que mon non-romantisme, tu sais bien, on peut faire du comique de répétition avec. ah, écoute, je sais pas. je crois que j'ai jamais compris ce que c'était au fond que le romantisme. les gens me disent que c'est bien, que ça existe, mais pour moi c'est juste les jolies mises en scène de cherry blossom girl, des belles images poétiques, et je sais pas comment on transforme ça en façon de vivre. ma perplexité, mon manque d'imagination, quoi. enfin sauf à la belle saison. quand il fait beau ça m'arrive aussi à moi, qu'est-ce que tu crois, la douceur. même les hyènes narquoises et brutales ont besoin parfois de se reposer au soleil.

    http://www.myspace.com/crocodilescrocodilescrocodiles (un vrai nom de merde pour un groupe qui fait copuler sous sa couette jesus & mary chain & le velvet)


  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Avril 2009 à 14:50
    haaaan!
    mais je l'ai pas vu ce tish qu'on a juste l'impression qu'un ange s'est posé sur ton épaule... se rouler dans la gnangnanterie, ça a du bon, parfois. Et le printemps, c'est le meilleur moment (notamment, le jour de Pâques où il fallait me voir faire croire à Chouquette que les cloches passaient au dessus de sa tête en laissant des oeufs au choc dans le jardin...) au moment où tu te mets au sport, moi je lâche la natation... plus le temps... après plus de 10 ans de pratique intensive, le second bb aura eu raison de ma persévérance ;) P.S non mais quel bonheur tes billets!
    2
    Dimanche 12 Avril 2009 à 15:12
    Et tout ça
    pour la modique somme d'un article de deux pages.
    3
    ava
    Dimanche 12 Avril 2009 à 17:39
    le prix de la vie
    jane: mais même pas, en fait :-) ! faudrait plutôt de l'article de 2,5 pages si j'me souviens bien... benetie: ne lâche pas !!
    4
    Dimanche 12 Avril 2009 à 18:31
    j'ai envie de dire
    brodel ils l'ont pas dans mon h&m de province voisine celui là! grrrr! ça sert à rien amis ça fait du bien
    5
    Mardi 14 Avril 2009 à 22:57
    hé !
    gauloises, ça me parle ça ! superbe ce tich, je surkiffe, la chance...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :